António MadeiraAntónio Madeira

L'Histoire nous a enseignés que le Dão appartient à ces lieux reconnus depuis des lustres par l'homme comme étant exceptionnels pour la production de grands vins. Bien que dotée d'un énorme potentiel pour la production de vins rouges et blancs de garde, c'est une région qui s'entête à rester loin des projecteurs.

C'est aussi une région qui a détruit son patrimoine de vieilles vignes, de cépages autochtones, pratiquement oubliés, des vignes qui disparaissent peu à peu avec leurs propriétaires.

António Madeira, un Français fils d'immigrés portugais, a ses racines dans le piémont de la Serra da Estrela. António est convaincu que c'est dans ces terres hautes que se niche le cœur du Dão, la zone qui présente le meilleur potentiel pour les vins de garde, la zone où les vins sont plus fins, plus frais, plus austères et plus minéraux.

Depuis 2010, António Madeira recherchait dans cette sous-région les lieux que nos aïeux ont élus comme les meilleurs pour la vigne, ceux que nous pourrions qualifier de « Grands crus du Dão Serrano ». Et il a fini par trouver une série de vieilles vignes qui se distinguent par l'authenticité de leurs cépages, par les caractéristiques et les nuances de leurs sols granitiques et par leur exposition solaire.

Parmi elles figure la vigne qui donne naissance à l'António Madeira 2011. Âgée de 50 ans, cette vigne, qui n'avait pas été taillée depuis 3 ans, a été sauvée de l'abandon. En 2010, chaque hectare de vigne n'a produit que 80 kg de raisins, raison pour laquelle il n'y a pas eu de mise en bouteille.

2011 est donc le premier millésime de ce vin qui vise à faire connaître le Dão Serrano et ses cépages autochtones.

Vinification

L'année 2011, marquée par un début de printemps chaud et humide, s'avérait difficile pour les viticulteurs. Seul un travail intense a permis d'obtenir des raisins parfaits dans des conditions aussi défavorables. L'été chaud et relativement sec a favorisé une bonne maturation des raisins.

Respecter les raisins et la nature en se focalisant sur la recherche de l'expression du terroir de la Serra da Estrela, telle a été la philosophie de la vinification adoptée, de sorte qu'aucun produit n'a été utilisé à l'exception de l'anhydride sulfureux.

La fermentation alcoolique a eu lieu dans des cuves ouvertes, accompagnée du traditionnel foulage au pied, et a démarré de façon naturelle, avec les levures de la propre vigne pour une expression pure de son identité.

Pour ce vin, on a recherché peu d'extraction. Une fois pressé, il a été directement transféré dans des barriques usagées de chêne français dans lesquelles s'est déroulée la fermentation malolactique jusqu'au printemps suivant et où il a séjourné pendant 16 mois.

Les soutirages ont été réalisés par gravité et à l'aide de bidons.

Le vin a été mis en bouteille en mars 2013.

Notes de dégustation

Ce vin exprime le caractère et l'élégance de la terre qui l'a vu naître. Il nous fait voyager dans le temps pour découvrir les arômes et les saveurs du piémont de la Serra da Estrela, tout comme il l'était au temps de nos grands-parents.

Il révèle des arômes et des saveurs minérales de pierre de granit et de fruits des bois rouges frais, avec des nuances végétales et des notes parfumées de petites fleurs, d'aiguilles de pin et de pinède. Délicat, pur, tendu, plein de vie, élégant et structuré, ce vin brille par son équilibre frais et persistant.

Informations techniques

Producteur

António Madeira

Région

Dão

Type de Sol

Granite

Vignobles

Vieille vigne

Âge de Vignes

50 ans

Cépages

Tinta Pinheira, Negro Mouro, Tinta Amarela , Baga et autres cépages autochtones

Conduite des vignobles

Guyot

Altitude au-dessus du Niveau de la Mer

450

Période de Vendange

21 septembre 2011

Mode de Vendange

Manuelle

Malolactique

Barrel

Fermentation

Cuves ouvertes, à température contrôlée

Mise en Bouteille

mars 2013

Élevage

16 mois en barriques usagées de chêne français (225 l)

Alcool (%)

12.5

Production

1.500 bouteilles

Suggestions d’accompagnement

Agneau, canard, cabillaud.